Patrick Bourgeois et la charcuterie

Il y a quelque temps, un rédacteur de CentPapiers, conspirationniste sur les bords, claquait la porte parce que l’édition de son texte ne faisait pas son bonheur :

« Merci beaucoup pour ce traitement plus que cavalier dans la façon de « golfer » mon dernier texte sur le soufflet de Radio-Canada à l’endroit de Patrick Bourgeois.

Vous charcutez d’abord le titre pour être bien certain que le nom Radio-Canada n’y apparaisse pas et que le public ne sache pas rapidement de quoi il est question ; vous le placez dans la section « opinions » alors qu’il s’agît d’un compte rendu orienté (pour rendre intelligibles aux gens les agissements historiques du grand chiffon) ; vous le golfez, enfin, après quelques heures de parution. » (lire au complet ici si inscrit à CentPapiers)

Bref, on nous accusait d’être à la solde de Radio-Canada, ou quelque chose comme ça. L’erreur était d’avoir enlevé « Radio-Canada » du titre du texte. C’était quand même léger comme charcutage. Rien à voir avec ce que le M. Bourgeois exerce sur le forum du Québécois, tel qu’expliqué par Simon Jodoin sur la Tribu du Verbe :

« Ce qui n’est pas banal, cependant, c’est que suite à la fermeture de ces discussions sur le forum des éditions et du journal Le Québécois, les administrateurs, dont Patrick Bourgeois est le grand manitou, ont purement et simplement modifié mes interventions. On a ajouté des dizaines de fautes d’orthographe grossières et des inepties d’une bassesse déconcertante. »

Ah, s’il y avait moins d’indépendantistes cons…

Commentaires

Si vous étiez honnête, vous préciseriez que le Jodoin en question, dans une édition de son journal BanBang, m’a mis des commentaires dans la bouche que je n’ai jamais prononcés lors de mon passage à l’émission de Gilles Proulx. Il a dû d’ailleurs s’en excuser par la suite, avec très peu de classe, il est vrai.

Mais vous préférez ne présenter qu’un côté de la médaille. Comme quoi, si je suis con, le Monsieur qui vous reprochait de manipuler l’information avait raison de le faire. Vous êtes malhonnête dans votre façon de rapporter l’information.

À bon entendeur, salut!

Patrick Bourgeois

oniquet dit :

M. Bourgeois,

Je ne suis pas journaliste. Je rapporte l’information qui était à ma disposition à ce moment.

Si vous avez des informations contradictoires ou additionnelles, n’hésitez pas à nous fournir les liens. C’est à ça que servent les commentaires sur les blogues.

Laisser un commentaire