Fin des journaux = fin des nations ?

Le Devoir cite le philosophe Daniel Jacques qui s’inquiète de l’effet des internets sur l’avenir des nations.
 
Selon lui, Internet « ne donne aucun sens d’unité ».
 
C’est peut-être sommaire comme analyse, mais il me semble que la fragmentation vers des niches n’exclue pas l’identité nationale.
 
Ma blogosphère et ma twittosphère sont québécoises avec quelques touches d’influences extérieures. Les blogues d’ici reflètent la réalité d’ici, dans leurs niches respectives.
 
Ça mériterait une étude plus poussée.

Commentaires

C’est fou mais j’ai eu connaissance de ce billet via Twitter (@renartleveille). Je pense au contraire qu’Internet donne un formidable sens d’unité. Le problème, c’est que ce sens est transfrontalier. Suis-je pour autant moins Québécois? La peur de cesser d’être soi au contact de l’Autre est le plus vieux des épouvantails. Voilà bien pourquoi la quête de l’indépendance pour s’emmurer ne fonctionnera jamais. Québécois certes, mais jamais au détriment de l’ouverture la plus grande possible sur le monde.

Laisser un commentaire