Un complot, l’ONU et les fascistes

La semaine a commencé avec le dévoilement d’un grand complot communiste autour d’une pétition pour le retour de la station Planète Jazz, disparue suite à l’arrivée de Radio X Montréal. L’initiateur de ladite pétition, Monsieur Laplante, se dit pourtant tellement à droite qu’il “allume son BBQ avec des carrés rouges”. Tout ce qu’il veut le monsieur, c’est d’écouter du Dave Brubeck dans son Hummer… en tout cas, c’est ce qu’il dit. Éric Duhaime :

“- On sait comment ça fonctionne, on sait les tactiques d’une gauche politique organisée qui se complait dans la pensée unique actuelle à Montréal et qui ne veut surtout pas avoir un débat d’idées avec la droite.
– Sauf qu’à ce moment-là, ça veut dire que l’histoire de monsieur laplante est entièrement fabriquée, que ça cache une manoeuvre gauchiste ?
– Tsé je sais pas si lui-même est sincère ou pas, pourquoi il veut le faire je le sais pas, est-ce qu’il est instrumentalisé par d’autres, je sais pas.”

Est-ce qu’Éric Duhaime est parano ? Je sais pas. Mais comme dirait l’équipe de Mitt Romney, il ne faut jamais se laisser distraire par les faits.

Ce que je sais par contre, c’est qu’Éric Duhaime a annoncé qu’il allait voter pour la CAQ, ce qui a sans doute influencé plusieurs électeurs du 450 où François Legault est en bonne position. Après la vague orange, la tache brune ? Mario Dumont : “Alors je crois comprendre qu’il y aurait là comme une tache de CAQ en partant.” Tsé comment c’est. Tu commences avec une tache de CAQ et c’est pas long que tu te ramasses avec un gros tas de CAQ à l’Assemblée Nationale.

Mardi, Sylvain Bouchard du FM93 à Québec, a récidivé avec une analogie douteuse, prétextant que de vouloir taxer les riches comme le PQ veut le faire, c’est comme de vouloir taxer tout le monde. Bon, ça sonne bancal comme ça, mais en présentant ça à la façon de Sylvain Bouchard, ça marche comme dans du beurre :

“Une des façons qu’il faut présenter ça aux gens, j’pense… admettons que Pauline Marois se présente à l’ONU Mario, ok, pis son plan, je sais que ça existe pas, mais admettons, on fait une élection à l’ONU, pis c’est Pauline Marois, pis a dit, faisons payer les riches, tsé regardez le monde, y crèvent de faim en Afrique pis ailleurs, je suis convaincu que vous seriez pas d’accord, vous diriez bin non, j’peux pas donner mon argent à d’autres personnes, y’ont juste à faire comme moi pis à travailler !”

Bon, c’est décidé, Pauline Marois n’aura pas mon vote comme présidente de la planète. Non mais les petits Africains qui meurent de faim devraient le savoir : le travail, c’est la santé.

Et justement, comme le disait Benoît Dutrizac au 98,5 FM, si les jeunes de nos jours travaillaient, ils ne seraient pas en train de bloquer des salles de cours comme des wannabe Mussolini : “Y’a un petit côté fasciste de voir, pis on remonte aux années trente, en Italie, en Allemagne, de voir des petits groupes comme ça masqués, arriver dans un cours, intimider un autre groupe, y passer la casserole dans face.” Quelque chose me dit que Dutrizac sent Radio X lui pousser dans les cotes d’écoute.

Dans un autre ordre d’idées, Michelle Blanc, proclamée papesse des médias sociaux par ceux qui ne connaissent pas trop les médias sociaux, a embarqué presque tous les chefs de parti dans une gammick 2.0 afin de promouvoir les enjeux technologiques, mais surtout de se promouvoir elle-même.

Madame blanc, qui milite aussi pour les droits des transgenres, ayant elle-même changé de sexe, a réalisé une entrevue avec Amir Khadir qui n’a pas hésité à faire sa guidoune pour amasser un peu de capital politique en disant « je ne refuse jamais une entrevue avec une belle femme.” Il est très gentil, M. Khadir. Mais un peu maladroit, puisque l’entrevue s’est terminée ainsi :“Merci monsieur Blanc.” Le capital politique, c’est tellement volatile de nos jours. Je pense que Québec Solidaire peut oublier le vote des transgenres 2.0.

Laisser un commentaire