Méritocratie ou tyrannie du mérite?

Notre système d’éducation n’est pas parfait, mais il atténue le genre de situation que l’on voit aux États-Unis.

Comment la méritocratie s’est-elle muée en « tyrannie du mérite », pour reprendre cette expression utilisée par Michael Sandel ? D’une part, en se transformant à nouveau en aristocratie : « les classes supérieures diplômées ont compris comment transmettre leurs privilèges à leurs enfants ». Le capital culturel se transmet. Les enfants bien nés bénéficient d’une éducation spéciale. Du coup, la mobilité sociale recherchée n’est pas vraiment au rendez-vous.

La méritocratie, ce n’est pas pour tout de suite.

Laisser un commentaire