L’intimidation organisée des disciples de Didier Raoult

Chaque fois que l’on parle de Didier Raoult, des commentateurs agressifs se manifestent. Il semble que ce soit une stratégie à laquelle certains proches du médecin de l’IHU adhèrent.

À quel point l’IHU est-il impliqué ? Interrogé, son porte-parole, Yannis Roussel, explique avoir été personnellement ajouté dans certaines de ces boucles par des tiers et les avoir seulement  « consultées de manière intermittente au début de l’épidémie, car de nombreux  [articles scientifiques] y étaient partagés » . Il assure, en revanche, n’avoir  « pas constaté d’appel [s] à des “raids numériques”  (…) qui seraient, bien sûr, répréhensibles » . Plus troublante est cette conversation privée d’octobre 2020 entre Xavier Azalbert, le directeur du média complotiste  FranceSoir , proche de l’IHU, et Stalec, qui la révélera quelques mois plus tard, après avoir tourné le dos à la cause raoultienne. Dans cet échange, M. Azalbert expose son plan :  « On va jouer avec les nofake  [surnom desanti-IHU] si tu veux » , en faisant publier une étude financée par l’association Bon Sens, pour démonter la méta-analyse de Thibault Fiolet. Il assure que  « Raoult est au courant et Chabrière aussi » , suggérant une continuité entre le centre névralgique de l’IHU et les actions coordonnées des membres du groupe CIA.

Le groupe CIA étant un « une boucle de messagerie Twitter privée réunissant Eric Chabrière, Yannis Roussel (porte-parole de l’IHU) et une trentaine d’influenceurs très actifs dans la défense du ponte marseillais. »

On dirait presque que ces gens n’ont pas tant l’intérêt du patient à coeur.

Laisser un commentaire