Les micromarchés de la croustille

Le Devoir entame une série sur les mégadonnées en nous parlant de ces entreprises qui adaptent leurs produits aux marchés.

À l’hiver 2020, PepsiCo, à qui appartiennent les marques Lay’s, Ruffles et Miss Vickie’s, a investi deux milliards de dollars américains dans une plateforme d’analyse de données appelée Ada, qui découpe l’Amérique du Nord en micromarchés divisés selon leur code postal. Ada connaît l’âge moyen, la principale appartenance ethnique, le revenu médian et les préférences alimentaires de chacun de ces micromarchés. Pepsi utilise cette information et celle provenant de ses 23 sous-marques pour mieux répartir la distribution de ses 1200 produits alimentaires à la grandeur du continent.

Ça me rappelle un épisode du balado Planet Money sur le concierge d’une usine qui a inventé les Cheetos piquants à une époque où c’était beaucoup plus compliqué d’inventer une nouvelle saveur. (Oups, on dirait que c’était une fausse histoire!)

Laisser un commentaire