Le fichier de Monsanto

La compagnie Monsanto, friande de glyphosate, a été mise à l’amende en France pour ses pratiques de lobbying.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), en France, a imposé une amende de plus de 500 000 dollars, mercredi, à l’agrochimiste Monsanto pour avoir fiché illégalement des personnalités publiques, journalistes et militants dans le but d’influencer le débat public sur l’interdiction du glyphosate, un herbicide. […] Selon l’enquête de la CNIL, le fichier contenait, pour chacune des « plus de 200 personnalités » inscrites, une « note allant de 1 à 5 » permettant « d’évaluer son influence, sa crédibilité et son soutien à la société Monsanto sur divers sujets tels que les pesticides ou les organismes génétiquement modifiés ».

Je me demande quelles autres entreprises ont ce genre de fichier et quels « experts » sont approchés par celles-ci pour les inciter à parler en bien d’eux. J’ai l’impression que les noms des membres de l’Institut économique de Montréal sont dans plusieurs fichiers comme ça…

Commentaires

Reynald Du Berger dit :

Le sauveur de la Planète et des humains et qui incendie des McDos, Jose Bové, a pourtant foutu le feu dans pas mal des plantations expérimentales de Monsanto, plantations qui visaient à sauver les populations africaines de la famine quand leurs récoltes de mil et de sorgo sont attaquées par des nuées de locustes (gros crickets)… et je l’ai vu à Madagascar.

Laisser un commentaire