TGV ou pétrole?

Il y a le rapport du GIEC. Il y a cette nouvelle voulant que le Parti libéral du Canada ait investi plus que les Conservateurs dans l’industrie pétrolière. Peut-être que ça vaudrait la peine d’investir ailleurs comme dans le TGV, explique ce professeur de l’UQAM:

Il ne faut pas revenir en arrière et financer un projet, le train à grande fréquence (TGF – train à grandes faiblesses, selon certains) qui ne répond pas aux impératifs d’un changement radical pour favoriser le transfert des usagers de l’avion et de l’auto vers le train à grande vitesse. Le temps est fondamental dans le choix, comme l’ont bien démontré les études de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) : ce ne sont pas des gains de 30 minutes sur le tronçon Montréal-Québec ou de 45 minutes sur celui de Montréal-Toronto qui vont modifier le comportement des voyageurs actuels ou potentiels (24 millions d’autos et plus de 4,5 millions de passagers aériens sur le corridor dont la population excède 20 millions de personnes, soit le troisième en affluence en Amérique du Nord). Seul le TGV va contribuer à réduire notre empreinte écologique. L’investissement de ce projet, entre 20 et 24 milliards de dollars, vaut bien ceux consacrés aux sociétés pétrolières ou à leur acquisition depuis la dernière décennie, qui dépassent les 100 milliards.

Ça me semble logique.

Laisser un commentaire