Étiquette : religion

Religion aux États-Unis: il y a de l’espoir

Hier, je manifestais mon désarrois devant l’omniprésence de la religion aux États-Unis, ce matin, je lis ceci:

Since 1990, the fraction of Americans with no religious affiliation has nearly tripled, from about 8 percent to 22 percent. Over the next 20 years, this trend will accelerate: by 2020, there will be more of these « Nones » than Catholics, and by 2035, they will outnumber Protestants.

The U.S. Is Retreating from Religion

D’ici 2035, la proportion d’américains qui ne s’identifient à aucune religion devrait surpasser celle des protestants.

Les extrémistes évangéliques et la rébellion Trump

Je suis toujours fasciné par l’omniprésence de la religion aux États-Unis, même chez les plus « raisonnables » des politiciens. Il semble que la religion joue en grand rôle dans une mouvance QAnon / Trump / Jésus:

The spread of falsehoods about the integrity of the election — and now the roots of Wednesday’s rioting — have deeply infiltrated conservative Christian circles. Apocalyptic evangelical beliefs about the end of the world and the coming divine judgment blur with QAnon conspiracy theories that falsely assert the country is dominated by deep-state bureaucrats and pedophiles.

Abigail Spaulding, a stay-at-home mother of 15 who traveled to the rally with friends from her church in South Carolina, broke down in tears as she spoke about her fears for her children under a Biden administration. She said her husband had explained to their children that when Mr. Biden is sworn in as president, “they can take the Bible and call it hate speech and throw it out.” And she had other worries about Mr. Biden, drawn from Facebook and Twitter — all of which were false.

How White Evangelical Christians Fused With Trump Extremism

On ne peut que se réjouir que ce ne soit pas un facteur dans nos débats politiques ici. Du moins, pas un facteur affiché.

Présidentielle États-unienne et dragons

J’adore suivre la campagne présidentielle des États-Unis. Toujours passionnant d’essayer de comprendre les candidats de chaque partis, dans toute leur diversité.

Tiens, voici, via Richard Hétu, la publicité d’un méchant malade parmi les favoris, Rudy Giuliani :

Ça n’a peut-être pas rapport (ou peut-être un peu), mais en zappant hier, je suis tombé sur un reportage à propos d’un musée de la création aux USA. Un type y expliquait que ça ne le titillait pas du tout de voir des humains aux côté de dinosaures : « au moyen-âge, il y avait bien des dragons, et ça ne dérange personne », argumentait-il.

Max Blumenthal chez les Christians United for Israel et les jeunes Républicains

Ça faisait quelques fois que le beauf me parlait de Max Blumenthal, un journaliste qui a récemment produit quelques vidéos sur la droite étatsunienne.

Il est toujours drôle / effrayant de voir ces gens déraper sur la religion et la guerre.

Dans ce premier extrait, des chrétiens expliquent comment les musulmans sont contrôlés par Satan :

Dans celui-ci, des membres des jeunes Républicains tentent (ou pas) de justifier comment il peuvent être pour la guerre, tout en évitant de s’engager dans l’armée :

Mère Teresa

Vu dans l’Expression de Lanaudière:

« Dites 9 fois – Je vous salue Marie – par jour, durant 9 jours. Faites 3 souhaits, le premier concernant les affaires, les deux autres pour l’impossible. Publiez cet article le 9e jour. Vos souhaits se réaliseront même si vous n’y croyez pas. Merci mère Teresa. »

Mère Teresa

C’est comme une chaîne de courriel, mais dans le journal. En le publiant sur mon blogue, suis-je éligible ?

Être Scientologiste, c’est un peu comme être French Canadian

Le magazine Rolling Stone propose un article sur l’Église de Scientologie: « Inside Scientology« . C’est prometteur, mais je ne l’ai pas encore lu. La copine me pointe toutefois cet extrait:

Paul met very few Wogs growing up, and those he did know often didn’t understand him. Scientology has its own unique lexicon. « It’s kind of like being a French Canadian, » Paul explains. « You speak one thing out in the world and another thing at home. »

Drôle de comparaison.

Farfour, le Mickey Mouse islamique

Il y avait hier dans le zapping de Canal+ un extrait mettant en vedette Farfour, une sorte de Mickey Mouse palestinien qui prèche la bonne parole islamiste radicale aux enfants du coin. C’est beau à voir.

Quelques précisions sur la traduction parfois déficiente ici.

Les limbes n’existent plus

Le Vatican vient d’abolir les limbes:

« Les théologiens du Vatican sont convenus après des mois de travaux que les limbes n’existent pas et que les petits enfants morts sans baptême vont directement au paradis, mettant fin à une tradition multiséculaire qui a tourmenté des générations de mères. »

Quelqu’un se demandait hier à la table: Est-ce rétroactif ?

Jésus Bauer

Jack Bauer est de retour dans de nouvelles aventures de 24 (24 heures chrono). Après deux ans dans les geôles chinoises où le héros, personnifié par l’imperturbable Kiefer Sutherland, a souffert le martyre, mais survécu en se nourrissant de l’espoir de ne « pas mourir pour rien », le voilà qui débarque en des États-Unis d’Amérique aux prises avec une vague d’attentats suicides, kamikazes, meurtriers (dans le genre beaucoup de bombes en 24 heures).

Qu’est-ce qui aura poussé le président états-unien à payer le gros prix pour rapatrier ce héros qui aura déjà passé à travers la mort de sa femme, une dépendance aux drogues dures, quelques balles dans le corps, la mort de tous ses amis (ou presque), une attaque bactériologique, une mission suicide au volant d’une bombe nucléaire, et de multiples sessions de tortures ? Le sacrifice pour la nation, bien sûr.

En échange de la mort de Bauer, le peuple américain sera sauvé, prétendent quelques terroristes au teint basané, mais à l’origine imprécise. Voilà que notre Jack se pointe le bout du pistolet, la barbe et le cheveu long, le dos barbouillé des traces de coups d’un fouet que l’on imagine chinois, tel un Jésus des temps modernes, pour sauver la nation en se sacrifiant. Rien de moins.

Encore une fois, la torture est à l’honneur, même si Jésus Bauer a un peu perdu la « touch » suite à ces quelques années où il fut lui-même objet de certains tourments. Aux prises avec le dilemne de faire souffrir un individu pour sauver des milliers de vies, les héros de 24, sous les ordres des scripteurs de la télésérie, parviennent toujours à faire passer la torture pour une nécessité.

N’empêche que selon le New York Times, les thèmes abordés dans la série ne vont pas toujours dans le sens des néo-conservateurs :

« But « 24″ also jukes to the far side of political correctness and even left-wing paranoia. In two different seasons, the villains seeking to harm the United States are not Middle Eastern terrorists but conspirators directed by wealthy, privileged white Americans : in the second season, oil business tycoons tried to set off a Middle East war, and last year, Russian rebels turned out to be working in cahoots with a cabal of far-right government officials. By those standards, the current crop of Muslim terrorists intent on nuclear Armageddon could yet turn out to be a front for French-Canadian separatists. »

Passons sur le fait que la journaliste du quotidien états-unien aurait pu trouver un meilleur exemple que celui de l’éventuel retour du FLQ pour constater que depuis les tout débuts de la série télévisée, l’audience est en hausse constante. Nonobstant les innombrables invraisemblances et la ribambelle d’êtres humains occis par Jack Bauer au cours des 120 heures en temps réel qu’a déjà duré la série, il faut se rendre à l’évidence que le concept fonctionne. Les sujets du terrorisme, de la torture (et du retour du messie ?) touchent visiblement les cordes sensibles des États-Uniens. Comme le disait Richard Hétu, 24 est un « plaisir coupable » qu’on se surprend à réécouter. Il convient toutefois de rester lucide et de ne pas s’imaginer que l’insistance sécuritaire mise en scène dans 24 est innocente.

Le soya rend homosexuel

Article très instructif d’un certain James Rutz, associé à la droite religieuse états-unienne, qui nous apprend que le soya rendrait nos enfants homosexuels. Ayoye.

L’article: WorldNetDaily: A devil food is turning our kids into homosexuals